fbpx
bibilogo

Ce 16 octobre 2021, nous célébrons les 228 ans de l’exécution de Marie-Antoinette. C’est l’occasion de revisiter la Conciergerie à Paris, prison qui a accueilli la « veuve capet » jusqu’à ce qu’elle soit guillotinée à la demande du Tribunal révolutionnaire. Si ces événements vous semblent aussi lointains que vos cours d’histoire, pas de panique ! bibi se charge de  vous rafraichir la mémoire.

Les débuts de la Révolution française

En 1789, la France traverse une grave crise. L’Ancien Régime peine à se moderniser, ce qui limite la production agricole et industrielle, dans un pays en pleine explosion démographique. Le chômage, la mendicité et les révoltes populaires y deviennent alors monnaie courante. Les contestations contre le régime sont elles aussi grandissantes. D’une part, la dette publique flambe et les créanciers ne peuvent et ne veulent plus prêter de l’argent. D’autre part, la société d’ordres est particulièrement contestée. L’ensemble de ces complications mènent ainsi au premier événement qui marquera le début de la révolution française : les États Généraux. 

Marie-Antoinette : une reine mal aimée

Journées européennes du patrimoine

Et Marie-Antoinette dans tout ça ? Marie-Antoinette est princesse d’Autriche, épouse de Louis XVI et reine de France et de Navarre. Femme de goût, animée par l’art et la mode, musicienne et amatrice de divertissements en tous genres, la reine a du mal à s’adapter à l’étiquette versaillaise et à se faire une place auprès de la Cour. Avec le roi, ils ont donné naissance à quatre enfants, dont deux décèdent très jeunes. Bien avant la Révolution, la reine est d’ores et déjà la cible du peuple français, qui la méprise et ne lui fait absolument pas confiance. En 1785, l’Affaire du Collier de la Reine viendra notamment ternir son image à jamais. Cette affaire d’escroquerie n’implique qu’involontairement Marie-Antoinette, mais elle est la première à en subir les conséquences.

Du château de Versailles au palais des Tuileries

Dès la première réunion des États Généraux, le train de vie luxueux de « L’Autrichienne », comme la surnomme péjorativement le peuple français, est dénoncé. En effet, son goût pour la mode et sa tendance à porter des robes somptueuses, brodées des plus belles parures, lui donnent l’image d’une reine indifférente à l’égard de son peuple. L’épisode du Banquet des Gardes du corps vient confirmer cela. Le 1er octobre 1789, alors que la disette du pain gronde à Paris, les Gardes du corps de la famille royale organisent un banquet en l’honneur de l’arrivée du régiment de Flandres. Quelques jours après, les gazettes racontent qu’au cours de ce festin bien arrosé, les mets les plus raffinés étaient réservés aux officiers, alors que les Parisiens mouraient de faim. La goutte d’eau : la monarchie aurait été célébrée et la cocarde tricolore, foulée du pied !

C’est la provocation de trop pour les Parisiens ! Les femmes, à cette époque intégralement en charge du foyer, se rendent jusqu’à Versailles et exigent que la famille royale leur distribue du pain afin de nourrir leur famille. C’est de là qu’est issue la célèbre réplique, attribuée à Marie-Antoinette, « S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche ! », mais qu’elle n’aurait jamais prononcée. Sur conseil de Necker, le roi accepte que la foule envahisse l’Assemblée et occupe la cour du château, après l’émeute, afin d’éviter un bain de sang. Pourtant, au petit matin, les émeutiers s’emparent des appartements royaux et assassinent les Gardes du corps.

Pour stopper ce massacre et apaiser les tensions, le roi ne trouve qu’une solution : quitter le château de Versailles pour le palais des Tuileries à Paris. À leur retour, la foule scande qu’elle ramène fièrement « le boulanger, la boulangère et le petit mitron » à Paris.  

Du passage en prison, jusqu’à la guillotine

Bien plus tard et après de nombreux événements, Louis XVI est exécuté le 21 janvier 1793 sur la place de la Révolution, actuelle place de la Concorde pour haute trahison. Pendant ce temps, la désormais veuve Capet et ses enfants restent enfermés à la prison du Temple. Sept mois plus tard, dans la nuit du 2 août 1793, Marie-Antoinette est transférée à la prison de la Conciergerie, seule. Malgré une tentative d’évasion, l’ancienne reine restera dans cette prison jusqu’à son procès en octobre. Le 16 octobre, à quatre heures du matin, son verdict tombe : la mort pour dilapidation des fonds de la Nation, intelligence avec l’ennemi et conspiration. À 12h15, intégralement vêtue de blanc, elle est conduite à l’actuelle place de la Concorde, où elle sera guillotinée.

Qu’en est-il du destin des quatre enfants du couple royal ? Deux meurent au début de la Révolution. Louis XVII, serait mort à l’âge de 10 ans, pour cause de mauvais traitement lors de son emprisonnement. Quant à la quatrième enfant, elle a été échangée, en 1799, contre des prisonniers français retenus par les Autrichiens. Elle a ainsi regagné le pays natale de sa mère. 

La Conciergerie de nos jours

La Conciergerie est désormais un lieu de mémoire et d’Histoire. Sous la Restauration (1814-1830), le roi Louis XVIII transforme le cachot de Marie-Antoinette en une chapelle, pour honorer sa mémoire. Ce mémorial, composé d’un autel, aux initiales royales, sera inauguré le 16 octobre 1816, soit il y a 205 ans !

Le petit plus bibi : on en profite aussi pour faire un tour à la Sainte-Chapelle, collée à la Conciergerie ! Ce joyau architectural gothique a été édifié à la demande de Saint-Louis, afin d’abriter des reliques pas comme les autres… Celles de la passion du Christ (dont la couronne d’épines du Christ et le fragment de la Vraie Croix), acquises par la monarchie française à grands frais. 

Le conseil bibi : et si on relisait Le Collier de la Reine d’Alexandre Dumas ? Ce délicieux roman d’aventures s’inspire de la terrible affaire d’escroquerie dont la reine a été victime.

🗓 Du lundi au dimanche, de 9h30 à 17h10.

💸 Tarifs : de 0 à 11,50€. Réserver.

📍 Où ? La Conciergerie. 2, boulevard du Palais, 75001 Paris

🕺🏼 ✌🏻 Pass sanitaire requis !

Découvre le meilleur des sorties culturelles à Paris en téléchargeant notre application culturelle bibi.